Tout est clair

Quand on aura de la neige
Qu'en dioxyde de carbone
Quand on ira à la mer
Dans une combinaison monotone
Quand tes mômes peindront sur des murs
Des dessins de forêts
Quand on n'aura plus d'air pur
Quand on ne sera plus dans le vrai
Quand on aura des journées
Toutes entières de travail
Quand on n'aura plus de temps
Pour penser, pour aimer
Quand on n'aura que de l'argent
Pour combler nos manques et nos vides
Quand on n'aura que du mauvais vent
Pour remplir nos bides
 
Sauf ce qu'il peut
sauf ce qu'il peut nous arriver
La vie est un long fleuve tranquile
Sauf ce qu'il peut
sauf ce qu'il peut nous arriver
La vie est à ceux qui la vivent
 
 
C'est dans l'instant que tout s'éclaire
Quand tu respires, que tu te sens vivant
Que tout est libre et permanent
Que tout s'enlise, que tout s'enlasse
Que tout s'embrasse, que tout se brise
Mais que rien ne se casse
 
Quand tout ne sera que détresse
Que crédit et promesse
Quand disparaîtront les roses
Quand il n'y aura plus d'osmose
Quand on aura évacué
La population du Japon
Quand on aura pêché
Le dernier des poissons
Quand on n'aura plus de feuille
Pour écrire des poèmes
Quand on n'aura que l'orgueil
Pour monter sur une scène
Quand on n'aura plus de rire
Pour couvrir le bruit de nos problèmes
Quand on aura foutu le camps
Quand on récoltera ce qu'on sème
 
Sauve ce qu'il peut
Sauve ce qu'il peut nous arriver
La vie est un long fleuve tranquile
Sauve ce qu'il peut
sauve ce qu'il peut nous arriver
La vie est à ceux qui la vivent
 
 
C'est dans l'instant que tout s'éclaire
Que tout respire, que tu te sens vivant
Que tout est libre et permanent
Que tout s'enlise, que tout s'enlasse
Que tout s'embrasse, que tout se brise
mais que rien ne se casse
C'est dans l'instant, que tout est clair
Que tout se vit, que tout se sent
Quand t'es ici, quand t'es maintenant
Que tout s'enlise, que tout s'enlasse
Que tout s'embrasse, que tout se brise
Mais que rien ne se casse